Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Barrah’

Son Mariage

Une année s’écoula depuis le traité de Hudaybiyya. Arriva alors le jour où le Prophète  et les croyants décidèrent d’effectuer une Umra (petit pèlerinage) comme le leur permettait le traité de paix. C’est en l’an 7 de l’Hégire que le Prophète et les croyants se rendirent à la Mecque. Les présents lançaient d’une seule voix « Labayka Allahumma labayk« .

Au même moment, le coeur d’une femme s’était épris de l’Envoyé de Dieu . C’était l’une des plus honorables femmes de la Mecque. Elle s’appelait Barrah Bint al-Harith ibn Huzn Ibn Bajir al-Amiryya al-Hilaliyya. Elle était la soeur d’Umm al-Fadl, l’épouse d’al-Abbas, oncle paternel du Prophète, cette femme qui n’hésita pas à lever la main sur Abu Lahab, l’ennemi de Dieu et le frappa d’un coup de bâton sur la tête.

 cette époque, Barrah était veuve d’Abu Rahm Ibn Al-‘Uzza al-Amari. Elle avait trente six ans. Elle se confia à sa soeur pour lui exprimer son désir d’épouser l’Envoyé de Dieu . Umm Fadl en fit part à son mari. Al Abbas n’hésita pas un instant pour transmettre le message au Prophète . Celui ci accepta cette union avec promesse de remettre quatre cents dirhams en guise de dot.

Après trois jours de la Umra, le Prophète  et ses compagnons quittèrent la Mecque comme convenu. Il laissa à Abi Rafi’ le soin de lui apporter Maymouna. Ainsi, le mariage fut consommé à Sarif, une étape lors du retour vers Médine. Le Prophète  lui donna un nouveau nom « Maymouna »  qui signifie « La Bénie ».

Sa vie à Médine

Maymuna était de très bonne nature et s’entendait bien avec tout le monde, et aucune querelle ou mésentente avec les autres femmes du Prophète ne fut relatée à son sujet. Aïcha dit d’elle : « Parmi nous, elle était celle qui craignait le plus Allah – Exalté soit-Il – et elle faisait le maximum pour maintenir les liens de parenté« .

Il est également rapporté qu’Abdallah Ibn Abbas, qui était encore un enfant, fut une nuit l’invité de Maymouna (qui était sa tante) et du Prophète. Au milieu de la nuit, le Prophète  se leva pour accomplir la prière du tahajjoud (prière nocturne surérogatoire) et Ibn Abbas se joignit à lui. Ils firent tous deux leurs ablutions et la prière de onze rak`ât, puis se couchèrent à nouveau jusqu’à l’aube.

Maymuna vécut trois ans auprès du Prophète  jusqu’à son décès. Ce fut dans sa chambre que le Prophète  commença à sentir les effets de sa maladie finale. Il demanda ensuite la permission à ses femmes de rester dans la chambre d’Aïcha pendant cette période.

Sa mort

Maymuna mourut à l’âge de quatre-vingts ans, en 51 de l’Hégire. Elle demanda à être enterrée à l’endroit où elle avait épousé le Prophète à Sarif, et sa requête fut entendue.

On rapporte qu’à ses funérailles, Ibn Abbas dit : “Ce fut la femme du Messager d’Allah  alors, lorsque que vous la soulèverez, ne la secouez pas et ne soyez pas trop brutaux, mais soyez doux”.

Islammedia 2011

Read Full Post »

Les évènements ayant précédé le mariage

Après son mariage avec Zaynab, le Prophète  eut à faire face à d’importants événements qui emplirent la deuxième moitié de la cinquième année hégirienne. En effet, au mois de shawal, il y a eu la bataille du « fossé » (al-khandaq) au cours de laquelle les musulmans affrontèrent une coalition composée d’associationnistes, appuyés par les Juifs. En cette occasion, le Prophète  fit creuser une tranchée autour de Médine. D’un côté, il y avait trois mille musulmans et de l’autre dix mille mécréants.

Les Juifs avaient pourtant signé un pacte de non agression avec l’Envoyé de Dieu, mais ils violèrent l’engagement qu’ils avaient pris car, s’imaginaient-ils, qu’avec une telle coalition, ils allaient décapiter l’Islam.

Les ennemis encerclaient les croyants de tous les côtés. Ils étaient si nombreux et paraissaient si déterminés que la peur envahit les musulmans, se figurant que leu fin était peut être proche. Les hypocrites exploitèrent cette situation pour dénigrer le Prophète. Ils disaient :

– Muhammed nous avais promis que nous possèderons les trésors de Kisra et de Qaysar : Mais, aujourd’hui, aucun de nous n’est en sécurité pour aller aux toilettes.

Ces hypocrites avaient accepté de participer au combat, espérant recevoir une partie du butin de guerre, en cas de victoire. Dès qu’ils virent le retournement de la situation en défaveur des musulmans, ils changèrent d’attitude.

Le blocus dura vingt sept jours, durs et pénibles. Heureusement, la bataille prit une tournure défavorable aux associateurs et la victoire sourit, en définitive, aux croyants. Ceux ci retournèrent dans leurs maisons pour se reposer des fatigues de cette bataille. Mais, au milieu de la journée, ils entendirent le muezzin du Prophète  faire cette déclaration :

– Celui qui entend cet appel et qui est obéissant doit se préparer à ne s’acquitter de la prière du ‘asr que face au Banu Quraysah.

Le Prophète  se devait de punir la trahison des Juifs. C’est pourquoi, il décida d’établir le siège de la tribu des Banu Qurayzah. L’encerclement dura vingt cinq jours et se termina par la reddition des juifs. Le Prophète  engagea d’autres expéditions militaires, celles des Banu Lahyan et de Dhu-l-Qird. Un mois après, les Banu-l-Mustafa se préparèrent à attaquer la Communauté musulmane. Ils avaient à leur tête al-Harith Ibn Abi Darrar. Mais les musulmans réussirent à défaire cette agression. Parmi les femmes captives de cette tribu, se trouvait Barrah, fille d’al-Harith ou Juwayriyya, comme l’appellera plus tard le Prophète .

La demande en mariage

De retour à Médine, alors qu’il se reposait dans la chambre de Aisha, le Prophète  entendit la voix d’une femme qui lui demandait la permission de le rencontrer. ‘Aisha se leva pour ouvrir la porte et se trouva devant une très belle jeune fille, d’une vingtaine d’années, tremblante de peur et d’angoisse. ‘Aisha ne l’aima pas dès qu’elle l’a vit. Aussi la reçut-elle avec froideur et tenait à s’interposer entre elle et son époux. Cependant, la jeune fille insista tant et si bien que Aisha ne pouvait plus l’empêcher de la faire entrer auprès de l’Envoyé de Dieu.

La jeune fille se présenta. Elle était la fille du chef de clan des banu Mustafa, al-harith Ibn Abi Darrar. Elle dit qu’elle traversait une épreuve dont le Prophète connaissait la raison. Autrement dit, elle était captive et ne supportait pas cette captivité. Aussi, venait-elle demander son aide.

Le Prophète  eut pitié de cette jeune fille, affolée et angoissé par son état. Il lui proposa de la délivrer de sa pénible situation en l’épousant. Le visage de la jeune fille s’épanouit. Elle ne croyait pas ce qu’elle entendait. Mais, dans un souffle rapide, elle dit : « J’accepte, Ô Envoyé de Dieu« .

La jeune fille dit à son père qu’elle avait choisi Dieu et Son Messager. Al-harith ne pouvait plus s’opposer à la volonté de sa fille. Lui même, il récita la profession de foi et dit au Prophète  : « Je reconnais que tu es vraiment l’Envoyé de Dieu« . Ce fut alors que le mariage fut décidé et la dot fixée à quatre cents dirhams.

La nouvelle du mariage fut connue à Médine. Dès lors, les musulmans ne pouvaient plus garder en captivité les alliés du Prophète . Ce fut ainsi que tous libérèrent leurs prisonniers et leur rendirent leur liberté. Ainsi le mariage de Juwayriyya  lui permit de recouvrir sa dignité et son honneur et ouvrit la voie de la liberté à son peuple.

Aisha continua à se rappeler le moment de l’apparition de juwayriyya devant la porte du Prophète. Elle disait :

– C’était une femme douce et belle. Aucun ne pouvait la voir sans ressentir en lui une forte sensation. Je prévoyais ce qui allait se produire. C’est pourquoi, j’ai éprouvé de l’aversion pour elle dès qu’elle se montra au seuil de ma chambre.

Juwayriyya  vécut jusqu’à l’avènement de Mu’awiyya. Elle mourut à Médine au milieu du premier siècle de l’hégire. Marwan Ibn al-hukm, gouverneur de Médine, fit la prière funèbre. Plusieurs versions fixent son âge lors de son décès. Il est probable qu’elle retourna auprès de son Créateur à l’âge de cinquante-six-ans.

Islammedia 2011

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :